L'EPREUVE DE LA DOUBLE CULTURE

Publié le par T. BOUHMOUCH

 

 

 

comprendre-l-autre.JPGL'article intitulé “Pourquoi jacte-t-on français à tout bout de champ ?” (La Vie Eco du 31 - 6 février) suscite le plus grand intérêt. Son auteur – attendu qu'il utilise lui-même cette langue – a fait preuve de courage intellectuel et surtout de beaucoup de lucidité.

Au Maroc, avouons-le, la langue française n'est plus un simple outil d'apprentissage et de communication. Déjà omniprésente dans la pratique matérielle et le paysage économique, elle envahit l'individu de plus en plus dans sa vie familiale. D'aucuns diront que le français est une langue agréable et attachante. Nul ne cherchera à soutenir le contraire, ni à désavouer leur motivation. Ce n'est aucunement sur ce point que le problème se pose.

Car il y a un problème : le recours à la langue française, tel qu'il est perçu et vécu au Maroc, comporte (masque) deux pièges périlleux. Le propos ici ne se veut en aucune façon querelleur. Il s'agit simplement d'être conscient du danger des méprises et des outrances.

 

Primo. La modernité n'est pas se modeler sur l'autre des pieds à la tête, copier sans nuances ses manières d'être. Les discours sur “la modernité” et “l'ouverture” sont le prétexte à toutes les démesures. Un exemple simple vient à l'esprit. Le supplément Sur la 2 Junior affiche triomphalement son dédain de la langue nationale. Dans une émission destinée aux enfants, l'utilisation furtive et maladroite de cette langue a tout l'air d'une “concession”. C'est un petit geste pour dire que les indigènes ne sont pas complètement oubliés. Sommes-nous réellement voués à vivre dans le ridicule ?... Lorsqu'on voit les risques effrayants de mystification et de modelage culturels que comporte l'émission (entre autres), la confusion et le malaise s'installent. Il est grave qu'on ne comprenne pas qu'une télévision est un agent de socialisation. En plus de sa finalité divertissante, elle peut même avoir un rôle éducatif.


  Le-francais.jpg

L'extraversion intellectuelle finit toujours par dégénérer : sous prétexte d'ouverture, les dirigeants d'une chaîne de télévision se sont mis récemment dans la tête d'inviter un humoriste français, dans une émission prétendument destinée aux jeunes. Le hic est que le bonhomme a, à maintes reprises, exprimé son admiration pour l'action de Sharon. L'aveuglement est général : du côté de l'entreprise organisatrice qui s'est évertuée à le faire venir, de celui du gérant de la salle de spectacle, comme de celui des présentateurs de l'émission qui l'ont abreuvé de flatteries et d'éloges... Il est difficile de ne pas avoir un haut-le-cœur.

Pourquoi une chaîne de télévision se permet-elle de programmer le journal en arabe aléatoirement entre 22 et 23 heures (à une heure où la plupart des gens sont dans leur lit), alors que la version en français est diffusée invariablement à 20 heures ? Ne cherchez pas un quelconque raisonnement logique. Il n'y en a pas. Que les décideurs et leurs copains aient telle ou telle préférence n'a aucune importance. Ce qui compte, ce sont les attentes et les sensibilités de la grande masse des téléspectateurs. Il ne faut pas perdre de vue que la télévision est le miroir d'une nation.

Dans un hypermarché, les messages transmis par les hauts parleurs sont systématiquement exprimés en français s'ils sont destinés aux techniciens ou aux responsables de rayons, en arabe lorsqu'il s'agit des femmes de ménage... Au-delà de leur aspect grotesque, les choses prennent une tournure inquiétante. Pourquoi devrait-on s'habituer à une telle énormité ? Faut-il y mettre le holà où se faire à l'idée que “les gens sont libres” ?...

 

On ne répétera jamais assez qu'une nation ne peut rien construire sur la rupture. Les gens trouvent normal que leurs enfants en bas-âge soient éduqués (façonnés) à partir de manuels importés. Il y est question de “Lucie”, de “Margot”, de “rue Saint Jacques”, etc. Des mots innocents, me direz-vous ? Cette chanson aussi est peut-être innocente : “C'est Noël mon voisin, J'ai mangé de la bûche, Et but trois doigts de vin, Au pied du beau sapin...”. Personne, d'ailleurs, ne semble saisir le sens de ce constat maintes fois souligné : “On ne bâtit pas l'apprentissage d'une langue étrangère sur les ruines de sa langue maternelle.” [Alain Bentolila, universitaire français].


  

Il faut en convenir : si les catégories lettrées font usage de cette langue à contretemps, c'est simplement pour se donner une contenance. La langue est devenue un facteur de positionnement. On parle français pour revendiquer son appartenance à un groupe social, un groupe sur-valorisé, pour lequel on a une admiration démesurée autant que chimérique.

 

Nous en arrivons au second point majeur.

La société urbaine marocaine, qui s'échine en toutes circonstances à prendre l'Occident pour référentiel, a perdu le sens des causalités profondes : elle veut les effets sans les causes. Elle veut s'affirmer avant de réaliser. Les phénomènes de mystification culturelle expliquent cette démarche singulière des nations du Sud qui, inversant l'ordre des choses tel qu'il a été vécu par l'Occident, font prévaloir l'avoir sur l'être, des acquis immédiats sur les vertus sociales et l'effort intrinsèque. Le Marocain lambda aspire au pouvoir et au prestige que confèrent la langue et l'instrumentalité de la puissance-mère. Il désire sauter de l'autre côté de la barrière afin d'être compté parmi les notables.

Les choses ne sont pas simples : le monde moderne est né d'une somme de détermination, de conscience, de ressources sociales et de qualités intrinsèques. L'économie des pays riches a été bâtie, non pas sur des effets de démonstration ou des simulacres de progrès, mais sur l'ingéniosité, la faculté créatrice, le don d'organisation de leurs habitants. Ces pays ont montré que le chemin du progrès matériel passe par l'esprit humain, l'initiative et le travail. Il n'y a aucun progrès à attendre d'une structure qui focalise l'attention sur les éléments subsidiaires et les signes extérieurs au détriment des facteurs déterminants.

Une tranche importante de la société marocaine subit l'épreuve de la double culture : elle vit les dehors de la contemporanéité sans pouvoir en saisir la teneur véritable. Deux cultures coexistent en opposition constante : l'une s'étale en dehors de l'être, l'autre subsiste dans les tréfonds de l'âme. Vouloir adopter la rationalité, la langue et les outils de l'ère moderne, c'est ipso facto s'appuyer sur une réalité matérielle rigoureuse, c'est faire sien le respect de la fonction accomplie, c'est combattre l'incurie et l'immobilisme intellectuel, c'est se dévouer à l'œuvre collective, c'est confier les responsabilités à ceux qui en sont dignes, c'est renoncer aux flux oratoires sans portée...

 communiquer.JPG

  


La modernité en trompe-l'œil

A Casablanca en particulier, les devantures, les dénominations et les décors, les articles comme les rapports avec les clients, tout n'est qu'une reproduction fidèle du prototype européen. Un seul élément manque au tableau : l'affichage des prix. Ainsi, malgré les prétentions à la modernité, on écarte délibérément un des principes de la culture industrielle, qui est la transparence au niveau des transactions commerciales. Le client se fait communiquer les prix oralement, article par article, exactement comme le ferait un vendeur de légumes. Pourquoi les catégories “européanisées” s'obstinent-elles à transplanter les dehors de la civilisation industrielle au détriment des valeurs et de l'éthique qui y sont foncièrement liées ? Les oripeaux empruntés à l'Occident suffisent-ils à construire une nation ?

Aujourd'hui, le cheminement vers un ordre occidental, objet de culte, s'annonce comme une inclination universelle. Mais il semble bien qu'il y a là un malentendu : l'accumulation des moyens matériels n'a pas de signification réelle si elle n'est pas fécondée et servie par la qualité des hommes, par un état d'éveil et d'exigence. C'est au niveau de l'homme, de ses dispositions d'esprit que se situe le vrai champ de bataille. Ceci doit être souligné avec force : une langue étrangère n'a d'autre efficacité que celle que lui conféreront les hommes appelés à en user dans la vie active. La langue française ne porte pas en elle-même sa vertu.

 

On s'aperçoit que la propension à l'imitation ne donne pas matière à un effort endogène de créativité. Nos partenaires inventent, donnent libre cours à leur imagination. De notre côté, nous nous contentons de magnifier leur éthique utilitaire, leur goût de la progression et leurs facultés créatrices. A l'occasion, nous nous accaparons le fruit de leur intelligence. Et l'on s'empressera de dire que nous sommes “ouverts”, “tolérants”, “évolués” et autres inepties du genre.

 

Thami Bouhmouch

Article publié in le périodique La Vie éco (Maroc) du 7-13 mars 2003.

 

Publié dans société

Commenter cet article

Bouarfa Amine 31/08/2011 01:42



La situation que vit le Maroc au niveau linguistique est le reflet d'une lutte des classes. Les classes supérieurs, s'échinant à conserver leur statut, établissent la langue française comme
barrière à toute ascension sociale tout en minimisant le rôle de la langue arabe. L'état de décomposition (imposé?) de l'école publique n'est qu'un des aspects de cette lutte. L'élève lambda, ne
maitrisant que la langue arabe, aura de grande difficulté à concurrencer les enfants des classes les plus aisées.



T. BOUHMOUCH 01/09/2011 00:47



Il y a huit ans, je n'avais pas abordé la problématique sous cet angle.


Vous dites que le clivage linguistique reflète le clivage social et a des répercussions sur le marché du travail : je suis entièrement d'accord avec vous. 


Cordialement.